Bien sûr, on trouve toutes les explications nécessaires dans "La macrophotographie au-delà du rapport 1", mais quelques images supplémentaires pourront peut-être mettre le pied à l'étrier pour certain(e)s.
Dans ce tuto, on retrouve le Sony NEX5N, un boîtier de type hybride, mais il pourrait être remplacé par n'importe quel autre appareil photo à objectif interchangeable. Il faut tout de même veiller à ce que votre appareil soit compatible avec une obturation électronique (explications dans ce billet) ou alors il faudra envisager l'utilisation d'un flash au moment des prises de vue.
(flash ou lumière continue... ça sera l'objet d'un futur billet)

Voici le montage fonctionnel que vous pourriez faire.

tuto-10x-01-small.jpg

Un éclaté du bouzin

tuto02-10x-texte-small.jpg

Et une photo de ce que ça donne -> rapport 10x sur la peinture du statif de microscope avec des chiffres gravés.

peinture-10x-small.jpg

Quelques explications supplémentaires.
1 - Vous notez que les coins de la photos sont noirs -> vignettage à cause d'un mauvais choix de bague "Sony to M42 ring" (formule magique à entrer sur ebay pour trouver son bonheur, à adapter en fonction de votre appareil photo, on monte du M42 sur n'importe quoi) - à l'époque de l'achat, les choix étaient plus restreints et il y a problème de diamètre interne de la bague (il faudrait que je joue d'un peu de scie sauteuse ou de lime...)

sony-nex-M42-small.jpg

Deux captures d'écran pour d'autres types de bagues (le deuxième modèle est sensé récupérer l'infini des objectifs M42 en rajoutant l'équivalent de la profondeur des chambres reflex des boîtiers M42).

Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__12.22.11.png
Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__12.22.32.png

2 - Pour le "helicoidal focusing tube", c'est un accessoire assez coûteux et je l'ai utilisé parce que j'en ai un. On peut tout à fait s'en passer l'essentiel est d'avoir un tube avec un tirage approchant les 150 mm.

Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__12.18.52.png

3 - Ce tube helicoïdal peut donc être remplacé par l'achat de deux ou trois séries de tubes allonge, en M42.
(ou tout ceci peut être remplacé par un tube PVC au bon diamètre, chemisé de noir, avec du M42 mâle d'un côté et du M42 femelle de l'autre - bon, il faut maitriser la colle araldite, mais ça n'est pas infaisable)
(perso, j'ai commencé avec un soufflet macro)

Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__12.18.16.png

4 - Pour connecter l'objectif de microscope au tube M42, il faut cette bague.

Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__12.15.58.png

Il existe différents modèles, dont un conique qui pourrait s'avérer assez pratique (permet de faire l'économie d'une série de tube ? plus de facilité pour placer les sources de lumière), mais il est plus cher.

rms.png

5 - La plupart des objectifs de microscope que vous pourrez trouver en neuf ou d'occase (ebay...) sont avec un vissant dit RMS. Je ne vais pas détailler dans ce billet tout ce qu'on doit savoir sur des objectifs de microscope (voir mon bouquin ou un billet ultérieur) mais nous dirons que seuls les objectifs 4x et 10x sont utilisables.
Le 4x qui est sur la photo initiale a été démonté en partie (j'ai dévissé une sorte de "capot", la pièce qui est placée le plus à droite) pour gagner un peu de distance de travail et en "compacité" (plus simple pour placer les sources de lumière).
Je ne pense pas que sa qualité soit extraordinaire et à défaut de le tester - après tout, si vous en avez un gratos sous la main, rien ne vous empêche de faire des essais - mais je sais que celui-ci est très bon.

Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__14.25.02.png

Sinon, il y a cette bombe atomique... qui commence à être rare sur le marché (mais j'ai acheté cet objectif chez ce même vendeur - il doit en avoir un stock (microscopes HS de bahuts ?)
Mon système actuel, à base d'un objectif Nikon Plan Apo CFI est à peine supérieur.

lomo3_7.jpg

Pour le rapport 10x - comprenez que le champ que vous allez photographier est dix fois plus petit que le capteur (soit 2,4 mm pour un capteur APSc) - faites vos essais avec un objectif 10x noname (encore une fois, le genre d'objectif que l'on trouve sur les machines au rebut). La distance de travail sera de quelques millimètres et il va falloir contrôler le déplacement du sujet ou de l'appareil photo de quelques micromètres.
En effet, si on se réfère aux calculs donnés de ci, de là, repris dans "La macro au-delà...", on obtient ce genre de document.

Capture_d_e_cran_2018-07-22_a__15.52.04.png

... tout en sachant qu'un objectif de microscope 10x, de base, qui n'a pas de diaphragme a une ouverture équivalente à du f/2... et c'est encore plus ouvert si votre objectif est plus pointu. Bref, entre chaque photo, il faut pouvoir répéter un déplacement de 6 micromètres.
Nous verrons dans le billet (2) comment on peut y arriver.