Le focus-bracketing est une fonction qui commence à s'implanter dans quelques boîtiers numériques.
Je pense qu'on peut-dire que les hackers du firmware Canon, en développant "Magic Lantern" furent des précurseurs. Effectivement, dans les nombreuses fonctions rajoutées par cette surcouche logicielle (ça fait peur tellement il y a des choses rajoutées), il y a la capacité de faire des piles d'images en décalant la mise au point... à condition bien sûr d'avoir un objectif autofocus.
- je reviendrais à l'occasion sur cette fonction de Magic Lantern.
Par la suite, Olympus a implanté le "focus-bracketing" dans ses boîtiers OM-D, version "Mark II".
Nikon avec son monstre D850 propose aussi cette option.
- pour le moment, je n'ai pas encore vu la possibilité de programmer une étendue de profondeur de champ -> en tournant la bague de mise au point, on décide du début de la pile, de la fin de la pile et en fonction du rapport d'agrandissement, du diaphragme (deux paramètres qui jouent sur la profondeur de champ), le boîtier calcule le nombre d'images dans la pile et le pas entre chaque cliché.

Le sujet du billet est un usage détourné du focus-bracketing selon Olympus car à la place d'une proxi/macro avec un objectif "normal", on va prendre une longue focale (autour de 200 mm) qui fera office de lentille de tube pour des montages avec des objectifs de microscope à l'infini (pages 130-132 de "la macro au-delà du rapport 1".
Les canons d'usage disent qu'il faut mettre la lentille de tube à l'infini, mais il semblent que l'on puisse modifier un peu cette mise au point et cette modification va décaler le focus sur le sujet (il suffira de régler le pas pour éviter le "banding" (p. 175)). Le changement de taille, conséquent, du sujet entre le début et la fin de la pile, limite la course de la mise au point (on ne peut pas partir de l'infini et finir avec la map mini de l'objectif), mais on peut parfois envisager de couvrir le "z" d'un sujet en une pile.

Trêve de blabla, voilà le montage utilisé.

montage-oly01-texte.jpg

Dans cette configuration, voici le champ couvert

champ-nikon4x_et_bague-small.jpg
("niveaux auto" -> beaucoup de vignettage - à mon avis, je dois revoir le montage, supprimer le tube d'adaptation (j'ai une bague M25->M42) et revoir si le zoom était bien à l'infini... en tout cas, ça ne se voit pas trop sur les piles réalisées par la suite)

Si nous faisons les calculs qui vont bien, on trouve 5,8 mm ce qui donne un rapport de 3,1x... c'est peut-être à cause de la focale de lentille de tube (175 mm au lieu de 200 norme pour les Nikon CFI - et pourtant, on dit que sur les MFT, le crop du capteur multiplie la focale par deux).

Pour les réglages de l'appareil.
J'ai trouvé plus pratique de mettre la mise au point en mode "MF" (manual focus)

menubk02.jpg

Pour accéder au "focus bracketing", il faut dérouler le "menuphoto2".

menubk03.jpg
menubk04.jpg
menubk05.jpg

Avec le dernier tableau, vous pourrez choisir le nombre de vues à mettre dans la pile (jusqu'à 999) et le "pas" (différentiel de mise au point) entre chaque cliché.
Je n'ai pas encore assez de pratique pour vous communiquer les valeurs à choisir pour telle ou telle situation, mais dans le cadre d'une utilisation de lentille de tube, je ne pense pas que l'on puisse dépasser plusieurs dizaines de clichés. De même, je suppose que plus le rapport est élevé, plus le pas doit être faible.
Pensez à valider (OK) plusieurs fois pour revenir à l'écran initial et activer le bracketing. (mon problème est de penser à le désactiver quand c'est fini...)

Pour le sujet en question, un microminéral de quartz (pas si petit, il y a bien pire), un premier essai d'une pile de 50 images, avec un pas de 2 n'a rien donné de probant, le décalage de mise au point étant négligeable au final.
J'ai agrandi le pas -> 5. Voilà ce que ça donne d'un point à un autre d'une première pile de 50 images.

debut-premiere-pile4x.jpg
fin-premier-pile4x.jpg

Je n'ai pas essayé une pile avec plus de clichés... en fait, il ne faut pas trop s'approcher de la mise au point mini de l'objectif.
A l'occasion, je pousserai le système dans ses derniers retranchements.
Bref, j'ai fait trois piles. Entre chaque pile, j'ai remis l'objectif à l'infini (tourner la bague vers la droite... pas de butée, dommage...), décalé la mise au point avec la platine micrométrique installée sur le trépied pour retrouver à peu près le focus de la fin de pile précédente.

Au final, on obtient une image, à partir d'une centaine de clichés compilés - si on met les 150 images avec des focus qui se recoupent mais des tailles changeantes de sujets, ça coince, il y a des chevauchements - qui me semble très correcte. La balance de blanc est particulière, mais je voulais utiliser la lumière du jour (disons que ça pourrait se faire sur le terrain) et je n'ai pas fait attention à ça.
De même, c'est du jpeg direct... pas de possibilité de revenir sur la bdb et les contrastes sont un peu forts.

quartz-4x.jpg

J'ai aussi fait une pile de 60 photos, avec un pas de 8 pour couvrir un champ de 10 mm (recropé à 8 mm) en utilisant un Mitutoyo 2x (rapport macro de 1,8x)
Là encore la bdb est un peu bizarre.

quartz-2x.jpg