Il y a quelques jours, j'ai enfin franchi le pas... je viens de m'inscrire sur Facebook. J'ai bien conscience d'être très en retard, mais j'étais pris par deux ou trois forums où j'aime bien discuter. De plus, à entendre mes élèves, Facebook, c'est le moyen-âge ou du moins c'est réservé aux vieux... ça tombe bien, je ne suis plus un gamin.
En tout cas, quand je vois la puissance de ce réseau et le gros bordel que ça peut générer, j'avance un peu à reculons.
Dans un groupe de discussion "SVT : partage, conseils, questions" (réservé aux enseignants), un échange a eu lieu sur l'utilisation de "mousses" pour faire observer des chloroplastes à des élèves. Depuis quelques années, j'insiste sur les avantages des "mousses" notamment sur les classiques Elodées : une seule couche de cellules, des cellules bien visibles, bien délimitées par une paroi avec un dessin aisé, un nombre limité de choloroplastes... bon, il n'est pas toujours facile de prélever les feuilles et toutes les mousses ne sont pas recommandées, mais au moins, il y en a partout et depuis quelques temps, la vente de l'Elodée est désormais interdite (exotique invasive).
Une des plus sympas est "Bryum capillare" (je ne suis pas un spécialiste, je me repose sur ce superbe guide : Mousses et hépatiques de France).

Voici quelques mousses prélevées autour de ma maison (et on trouve les mêmes au bahut).
collection-mousses-small.jpg
(les autres sont moins intéressantes pour des manipulations avec des élèves et je n'ai pas cherché à les identifier)

Une macro classique.
bryum-macro-small.jpg

Si on se rapproche de Bryum, on passe à la zédification au banc macro et avec un Rodagon 90 mm, ça donne.
bryum-macro90apo-small.jpg
(je ne maitrise pas encore très bien l'Olympus OM-D 10 II qui devrait me servir de mule pour les mois à venir)

En passant au potentiel gamétophore (espèce acrocarpe), ça va se corser. Un premier passage au Mitu 2x



Bon, il a fallu que je recommence (et même là, un petit coup de sec et les déformations des feuilles font que la zétagraphie n'est pas tout à fait nette)
stack-bryum-mitu2x-small.jpg

Et maintenant, passons au microscope.
Au 10x (projectif 5x, boîtier micro 4/3... pas encore optimisé), contraste interférentiel, zédification
bryum-capillare-10x.jpg

Et au 60x, zédification.
bryum-capillare-01-60x.jpg

Il y aura peut-être des suites.