Je ne sais pas comment m'est venue l'idée, mais mes tout débuts avec un rapport supérieur à 1x, se sont fait avec un 24 mm inversé par la bague Nikon BR2a

24mm-BR2A.JPG

Certes, avec un tel dispositif, on se retrouve avec l'équivalent d'un gros téléobjectif bloqué à pleine ouverture et bloqué à une mise au point proche, mais le rapport (2,6x) et la qualité des images obtenues sont vraiment intéressants.

melite02.jpg

Ce défaut de souplesse dans les cadrages m'a amené à acheter pour une cinquantaine d'euros, un zoom UGA - le Tokina 19/35.
Ainsi, en tournant la bague de zoom, j'ai pu changer le rapport macro, passant d'un rapport de 2x à 4x.

19-35-inverse-square.JPG

La bague qui est vissée à l'avant est une bague "Nikon to 77 mm reverse macro ring" (le genre de requête à faire sur ebay)

Il faut être patient pour approcher les sujets car avec ce dispositif, il faut effectivement s'approcher... de très près (une poignée de centimètres)
Le problème suivant sera alors le manque de profondeur de champ. Il suffit de fermer le diaphragme, mais avec l'inversion, on va se retrouver en diaphragme réel. Autant dire que passé f/8, il sera difficile d'affiner la mise au point (qui se fait en avançant/reculant la tête) voire même de faire une composition correcte.
Par ailleurs, les objectifs modernes sont dépourvus de bague de diaphragme et même pour certaines marques (Canon en tête), il n'y a que des contacts électriques pour commander le diaphragme.
Pour l'instant, ma solution consiste à utiliser le Tokina qui a encore cette bague. Je présélectionne alors une ouverture et puisqu'il est en monture Nikon F, j'agis sur le levier de commande mécanique de ce diaphragme pour le maintenir ouvert. (je remplace le boitier). Avant de déclencher, je libère la commande et le diaphragme se perd (et on perd aussi la map, la compo... lol, vive le numérique)

19-35-mount-diaph.JPG

baguNikonfleche.jpg

Pour les objectifs Nikon sans bague "G", il faut insérer un petit quelque chose qui viendrait limiter la course de cette commande (ainsi, le diaphragme ne se fermera pas complètement - avec les objectifs "G", il est totalement fermé quand l'objectif est séparé du boitier)
Il existe une bague chez Nikon, la BR-6 qui évite d'avoir à mettre le doigt quasiment devant l'objectif.

esclavagiste.jpg

Chez Canon, la problématique du diaphragme est différente puisqu'il n'y a qu'une commande électrique et puisque le diaphragme est ouvert à fond quand l'objectif est séparé du boitier.
Certes, on a beaucoup de lumière dans le viseur, mais la profondeur de champ est vraiment ridicule. Un point net dans un océan de flou, ça faire genre...
Mon prochain défi sera de vous faire un billet montrant comment on peut malgré tout inversé un objectif Canon à monture EF-S.