Le manque de lumière est un problème récurrent en macro, encore plus problématique quand on dépasse le rapport 1/1.
N'ayant pas les moyens d'acheter un kit Nikon RC-1 ou le Canon MT24-EX (avec ses câbles qui pendouillent), j'ai bien du mal à faire de la super-macro, à main levée, sur le terrain.
Certes, il m'arrive de sortir avec un Componon inversé au bout d'un tube-allonge, sans flash et ça peut donner quelques résultats sympathiques...

componon-stars.jpg

...mais c'est exceptionnel...
A l'occasion, je montrerais quelques DIY, mais dans tous les cas, je n'ai pas encore trouvé de solutions pérennes, satisfaisantes, pratiques.
Le web regorge d'offres exotiques, des chinoiseries à des tarifs tentants.
Je me suis donc laissé tenté par un éclairage annulaire(1) Yongnuo WJ-60, sans trop en attendre de merveilles. Je commence à bien connaitre la puissance toute relative des LED - j'ai une LED de puissance dans mon microscope et si ses specs sont affolantes, on est loin d'une ampoule halogène de 100W - mais je me suis dit que ça pourrait au moins servir de lampe-pilote.
A la réception du colis, première déception : par rapport au visuel, il y a beaucoup moins de bagues d'adaptation prévues... j'ai mal lu le descriptif. Il a donc fallu que je repasse commande pour une ou deux bagues et d'attendre à nouveau une à deux semaines.
Une fois les piles installées, l'objet parait encombrant et lourd.

yongnuo-annulaire-01-small.jpg

Avec une série de bagues, j'ai pu mettre cet éclairage au bout de mes objectifs d'agrandisseurs inversés...

yongnuo-annulaire-bague-small.jpg yongnuo-annulaire-NEX5-small.jpg

... on peut même envisager des réglages séparés entre la gauche et la droite, avec une ou deux rampes de LED.
Dans une pièce sombre, cet éclairage fait effet, mais en plein jour, ça ne vaut pas tripette.
De plus, c'est tellement encombrant, tellement dirigé vers l'avant que lorsque j'approche un sujet en super-macro, le machin peut empêcher la mise au point et il finit par ne plus éclairer la scène.
Comme je suis un acharné, j'ai quand même fait un essai. J'ai pris un Rodagon 90 mm, mis au bout d'un tube et cette solution, très qualitative d'un point de vue piqué, permet d'avoir du recul... bien sûr, sans espérer de super rapports macro. Je voulais en avoir le coeur net.

macro-90-ring-small.jpg

Et au final, ça donne quoi ?
Le temps était gris. L'objectif est fermé à f/8. En mode manuel, je choisis une vitesse de 1/80, conseillée par le boitier alors que le Yongnuo fonctionne à plein. Il y a un peu de vent, 1/80, c'est un peu limite pour le flou.
Je fais deux photos, une avec l'éclairage, une autre sans... en conservant la même exposition.

comparaison-yongnuo-annulaire.jpg

mdr...
Encore un machin qui va trainer sur mon bureau avant que je l'oublie dans un tiroir.

Il va falloir que je pense sérieusement à acheter un système dédié, même si je ne suis pas toujours fan de la lumière qu'il délivre. Trop "parfait", trop uniforme et trop régulier quand on regarde des séries faites avec... à croire que leurs possesseurs ne changent jamais de position de ces flashes, ni leurs réglages.

(1) En dépit de son allure, avec notamment un sabot pour aller dans une griffe pour flash, et contrairement à ce que la photo de mon D700 peut laisser croire (module de commande radio sur la griffe du flash), le Yongnuo WJ-60 n'est pas un flash, il ne fait qu'éclairer en continu. Il semblerait qu'il existe des systèmes qui font éclairage continu ET flash (je suppose en mettant une surtension aux LED)... par exemple - mais je ne pense pas que ça résolve le problème de l'éclairage d'un sujet proche comme en super-macro.