Je démarre un article technique qui va sans doute intéresser quelques personnes dans le monde de la macro et microphoto (tout de même, c'est dans l'ADN de ce blog)
Avant de commencer mon aventure dans le monde de la photo au-dessus du rapport 1, j'ignorais totalement le problème. Je prenais mon Nikon D70 (FE-2, F301, F801, FM2 auparavant), mon Nikon D700, un objectif macro et zou... si les photos étaient floues, c'était de ma faute. Quand j'ai commencé à mettre mon boitier derrière un oculaire de microscope alors là, ça a été la cata. Même en partant du LiveView, en relevant le miroir (Mup), même en lestant à mort mon ensemble photographique, j'avais du flou. Tout simplement, chez Nikon, et c'est encore pire avec un FX, l'ouverture du premier rideau de l'obturateur déclenche un séisme de magnitude 7 dans toute la chaine photographique.

Voici un grain de pollen...

Alors vous me direz, mais comment fait-il pour arriver à ça ?

... et bien soit je prends au flash... la durée de l'éclair est telle que ça fige tout, ou je change de boitier.
Nikoniste depuis plus de 25 ans, j'étais mortifié à l'idée de changer de marque. Aucun boitier Nikon(1) à ma connaissance ne peut déclencher sans vibration. Même en mode "quiet", ça vibre... alors comment faire ? comment font les autres ?
A force de chercher, on finit par tomber sur cet article remarquable de Charles Krebs - notre maitre à tous - qui parle de l'ESFC pratiqué par Canon.
C'est un acronyme qui signifie "Electronic First Shutter Curtain", en gros, quand on part du LiveView, le premier rideau de l'obturateur est déjà levé, il y a une obturation électronique (je l'interprète comme un "ON/OFF"), puis le second rideau se ferme et même si ça fait des vibrations, oui, ça en fait, on s'en fiche puisque l'image est prise.
Vous avez bien lu, le second rideau se ferme, ce qui implique qu'à chaque prise de vue, il y a bel et bien une obturation mécanique et donc, un jour ou l'autre cette belle mécanique finira par lâcher. Ca m'est arrivé sur un Canon 500D -> si vous deviez vous lancer dans le stacking, achetez des machines d'occase...
Quels sont les boitiers qui proposent l'EFSC ?

  • Tous les compacts, les bridges - à ma connaissance - ont une obturation électronique. Leurs capteurs fonctionnent comme sur les caméras numériques (caméras qui sont aussi des photoscopes, très prisés par les microphotographes, mais perso, je n'aime pas). Le problème de ce genre de boitier, c'est qu'ils ont en permanence un objectif vissé sur le ventre et donc il faut faire avec, que cet objectif soit bon ou pas, ça rajoute des lentilles sur le chemin optique et ça peut poser de gros problèmes d'adaptation sur un microscope ou un macroscope (maintenant, nombre de membres du forum du Naturalistes nous prouvent que c'est possible, que ça marche parfois très bien et on peut aussi dire que le portage d'un reflex sur un microscope, ça n'est pas forcément facile)
  • Tous les boitiers Canon EOS à partir du 450D. Je ne connais que le fonctionnement de quelques-uns. Il semblerait que sur certains boitiers, cet EFSC se déclare (sur le 5D II ?) alors que pour d'autres, il y a EFSC à partir du moment où l'on prend du Live View (1000D, 500D, 550D - pour ceux que j'ai eu entre les pattes - il n'y a pas de menu associé à cette fonction, mais ça marche)
  • Sony propose ça sur un grand nombre de ses NEX - le 7, le 5N, 5R, 5T(2) - il suffit d'aller chercher les modes d'emploi en ligne (exemple) et chercher dans le menu "Réglage", l'item "Obturateur à rideau avant", que vous mettez alors sur "ON". Ca fonctionne à peu près pareil que chez Canon, sauf que là, j'ai l'impression que l'obturateur est tout le temps ouvert... ça serait sa position au repos, d'ailleurs, quand vous retirez l'objectif, vous avez direct le capteur. On a aussi un déclenchement mécanique et donc j'émets les mêmes réserves que pour les Canon... la durée de vie du boitier sera limitée à celle de l'obturateur. A ce propos, voici un lien qui vous en dira plus sur la durée de vie des obturateurs. Mon D700, pour cause de stacking a largement dépassé les 100.000 déclenchements et il fonctionne encore...

En mode "obturateur à rideau avant" sur "ON", on obtient
En déclenchement normal
Bon, ça n'est pas le top de ce que je peux faire avec mon microscope (image brute de capteur), mais ça donne une idée de l'intérêt d'une obturation électronique. Vous pouvez vous sentir peu concernés par une image au microscope car vous ne faites pas ce genre de choses, mais sachez que la problématique est la même en macro quand on dépasse le rapport 5x, sans flash, surtout que les dispositifs que l'on utilise dans ce cas sont bien plus labiles qu'un microscope faisant plusieurs kilos.

  • Les Nikon One sont tous à obturation purement électronique. C'est très intéressant, mais ces boitiers ont pas mal de "défauts" qui rendent les séances de microscopie pas forcément très sympas. A propos des "photoscopes", je vous propose d'aller lire ce (long) topic sur le forum du Naturaliste... topic qui n'est pas terminé puisque je viens de recevoir un nouveau boitier, prometteur, et que j'avais prévu de parler du comportement de ces différents photoscopes en cas de stacking au macroscope(3).
  • Mon petit dernier est un hybride sortant de chez Panasonic, le Lumix G5, vanté par un de ses utilisateurs sur le forum du Naturaliste (merci Yves). Ce reflex sans miroir, au capteur mini 4/3, est une usine à gaz tant il y a des possibilités de paramétrages. Dans ses menus, on découvre l'item "Obturation électronique", que l'on peut activer ou non. Dans le cas où elle est active, il ne me semble pas que l'obturateur mécanique "tourne" à chaque déclenchement, ce qui serait de bon augure pour la durée de vie du boitier.


(1) la lecture du descriptif des fonctions du Nikon D810 semble prometteuse. Il semblerait qu'enfin, Nikon ait implanté un équivalent de l'EFSC. Si Canon peut le faire, pourquoi Nikon ne le proposait pas... quelques lignes de plus dans le firmware, ça n'est pas la mer à boire.
(2) il me semble que la gamme NEX disparaissent pour devenir des "Alpha", en tout cas pour la série 7, c'est le cas. Ces machines ont des capteurs de rêve, mais elles n'ont pas l'air d'avoir toute l'EFSC.
(3) il semblerait que l'utilisation d'une obturation électronique, chez Canon, chez Lumix, interdise tout utilisation d'un flash... même le flash interne, même un flash externe en manuel(4). C'est un peu fâcheux. Je vais essayer de me pencher un peu plus sur le problème et notamment, j'ai aussi le Sony NEX 5N à tester dans ces conditions (j'ai un tube à éclairs de flash monté au cul de mon microscope et je voudrais bien pouvoir le déclencher avec une obturation électronique en mode "ON" - pour l'instant, ça n'est pas possible avec un Canon)
(4) enfin, je n'ai pas testé de flash Canon ou 100% compatible avec l'eTTL

Quelques personnes qui parlent de l'EFSC

  • Charles Krebs - l'origine...
  • Robert O'Tool - avec un bel exemple (ça me fait penser que je dois enrichir mon article avec des images supplémentaires)
  • David Walker - surtout centré sur le NEX 5N
  • Les membres du forum du Naturaliste - c'est un topic qui commence à dater, mais au moins, c'est en français. Il vient d'être réactivé et c'est ce qui m'a décidé à écrire ce billet.

Merci de m'avoir lu. N'hésitez pas à mettre des commentaires.