23 fév. 2016

Je passe à la TV

Il y a quelques jours, un petit évènement sympa a boosté mon ego.

A l'occasion de la mise en place d'une petite exposition à la bibliothèque municipale de Daix (jusqu'à la fin du mois, une vingtaine de photos exposées, toutes en supermacro et microscopie - j'ai mon entrée par le biais de mon oncle, merci à lui), France3 Bourgogne a été alertée (par le biais d'un ancien grand reporter, Jacques Revon, merci à lui).
Damien Rabeisen m'a contacté par téléphone et nous avons convenu d'une visite/reportage à la maison, le vendredi 12 février.
A l'heure dite, Damien est arrivé avec une collègue, Maryline Barate et j'ai donc eu droit à une interview et quelques rushes dans le jardin et autour d'un de mes ateliers de zédification.

damien-rabeisen.jpg

J'ai passé un moment super intéressant, avec de vrais pros.
La semaine dernière, le reportage est passé sur France3 Bourgogne (19/20 - région Bourgogne - à l'annonce des titres puis de 21"50' jusqu'à la fin).
Lien

Je me suis permis de récupérer la vidéo.

Lecteur vidéo intégré

Cerise sur le gâteau, le reportage a été repris sous forme d'article mis en ligne dans le site web de France3-Bourgogne
Lien

premiere-page.png

Là encore, au cas où l'article disparait du site, j'ai fait une capture d'écran.
Lien

Par ce billet, je voulais donc aussi remercier Damien, Maryline et Charles Morhain (montage), ainsi que Caroline Jouret qui a fait un super boulot d'exploration de mon travail pour les besoins de l'article ci-dessus.

22 janv. 2016

Microminéralogie

Encore une histoire de rencontres virtuelles sympathiques.

Quand j'ai débuté mon aventure dans le monde du tout petit, la macro au-delà du rapport 1, la photo au microscope (ma finalité première étant de faire des photos pour illustrer mes cours), je me suis rapidement retrouvé accro au forum du Naturaliste.
Parmi les intervenants réguliers sur le forum, il y a des microminéralogistes, des gens souvent pointus en macrophoto. J'ignorais totalement ces choses et pourtant, j'ai une agrégation de SVT option géologie... tout plein de noms de merveilles, certes visibles avec une bonne loupe (à l'oeil nu, point de salut), que je ne connaissais pas. En géologie "normale", on a une série de minéraux à retenir... ils constituent 99,99 % des minéraux de toutes les roches (je n'ai pas les stats exactes) et tous les autres sont considérés comme des "monstruosités".
Au cours de différents échanges, j'ai fini par récupérer quelques échantillons.
Parmi les généreux donateurs, je vais citer Pierre Clolus (qui a aussi participé à l'écriture du livre - pages 102 à 109) et son épouse Valérie, Jean-Marc Johannet, Jean-Pierre Bougarel.
En conseillers, j'ai eu aussi à faire à Pierre Houssin, Pascal Cholet... tous ces gens se retrouvent sur Mindat, un site extraordinaire.
Il y a quelques années, pour rendre honneur à ces dons, j'ai donc fait quelques zédifications.
(dans l'ordre : de la cacoxénite au rapport 2x, puis 10x et un cristal de quartz)

cacoxenite01.jpg
cacoxenite02.jpg
quartz.jpg


Technique habituelle, avec notamment un flash diffusé par un cylindre taillé dans une bouteille de crème fleurette.
Ces derniers temps, j'ai repris mes petites boîtes (pour vous donner une idée, ces boîtes font 1" de côtés) et j'ai vu que cette façon d'éclairer n'était pas toujours idéale pour bon nombre de microminéraux.
J'ai aussi osé sortir les petits cailloux de leurs écrins (ils sont "collés" dedans, en général orientés au mieux pour être admirés à la loupe binoculaire, avec une vue en 3D donc), pour trouver de meilleurs angles.
Suite à quelques conseils supplémentaires... je remercie la patience et la discrétion de Pierre, je me suis mis à l'éclairage continu et aux temps de pause plus longs, en usant ma vieille mule de Canon 500D partant du liveview.
Voici en quelques sortes, un avant/après

anatase.jpg
anatase-10x-leg.jpg

Dans les annotations en bas de l'image, vous voyez apparaitre une donnée qui est aussi nouvelle chez moi et qui semble chère aux microminéralogistes, le "FOV" (field of view), la largeur du champ présenté à l'image, une forme d'échelle. Venant d'autres disciplines de sciences, j'ai plutôt l'habitude de la règle graduée insérée dans un coin de l'image. Ayant écrit un livre avec un plan découpé par rapport macro, là aussi, cette notion de FOV n'a pas de signification. Il a toujours été dit que la profondeur de champ dépendait du grandissement (du rapport macro... nous aurons sans doute l'occasion de revenir dessus) et donc pour moi la problématique vient donc des rapports macro auxquels on travaille. Quelque soit la taille du capteur, un rapport 1 est un rapport 1... un rapport 10x donne des profondeurs de champ qui implique une zédification. Après, que le champ soit plus ou moins large selon le capteur, c'est une évidence. De même, on peut toujours faire un recadrage. Si jamais un jour il devait y avoir une réédition du livre, je pense que je rajouterai un tableau mettant en relation le rapport macro, le champ couvert en fonction de la taille des capteurs.

mimetite-10x-lum-leg.jpg
adamite-10x-leg.jpg

Il est fort probable que je reposte quelques images.
Après tout, ça change du côté techno de ce blog.

1 janv. 2016

2016

2015 est fini

Bienvenue à 2016

voeux-2016.jpg

En version animée
ICI

27 déc. 2015

Image et Nature - numéro 84

Cette revue appartenant aux Editions Terre d'Images a pris en charge la moitié des tirages de l'éditeur de mon livre, Biotope Editions.
Avant que je reçoive un exemplaire du livre, ils en vendaient déjà au salon de la photo de Paris (début novembre) et un encart publicitaire est présent dans leur revue depuis quelques mois.
Bien sûr, le bouquin est en vente dans leur boutique et dans le site de la revue "Macro Photographie" (qui appartient aussi à Terre d'Images).
Ils m'ont demandé de faire un article pour le n°84, qui serait l'occasion de montrer comment on pouvait dépasser le rapport 1:1 (je l'ai compris comme ça).
J'ai choisi de parler de prises de vue de fourmis bien que je ne sois pas spécialiste de ce genre de bestiole (je ne suis spécialiste en rien).

Voilà ce qui en est ressorti.

img113-couv-n84-small.jpg

img118-119-small.jpg

img120-121-small.jpg

img122-123-small.jpg

Pour ceux qui voudraient le lire, voilà un pdf : article Fred I&N n°84 (21 Mo) et pour les curieux, voilà le pdf originel que je leur ai proposé... j'aurais bien voulu qu'ils me demandent mon avis avant de publier l'article avec leurs modifs... mais bon... passons...

Afin de bien enfoncer le clou, j'ai aussi eu le droit à une interview (téléphonique) de la part d'un de leur journaliste. J'ai passé un bon moment et je tiens à remercier Bruno pour cet instant sympathique. En voici la retranscription, toujours dans le n°84.

img114-115-small.jpg

img116-117-small.jpg

En plus lisible : Interview Fred I&N n°84 (13 Mo)
Là encore, je n'ai pas eu de demande d'accord avant publication. Il y a deux ou trois choses que me font tiquer, notamment quand je "dis" que le métier d'enseignant permet d'avoir du temps libre. Oui, nous avons du temps libre, mais il est occupé par une bonne partie de travail. Je précise toujours que j'organise (mal) ce temps et qu'il m'arrive souvent de finir mon boulot tard le soir. Je fais mes heures, comme tout le monde(1), grumpf...
Ca n'a pas été retranscrit... et pour les captures d'écran du pdf du livre comme illustrations, là encore, j'aurais bien voulu qu'on me consulte... là, ça fait un peu fait à l'arrache.
Moi qui suis capable de passer des heures à peaufiner une mise en page, je me dis que je n'aurais jamais pu bosser dans le monde de l'édition.
On notera aussi au passage que le bouquin souffre de quelques bugs que je n'ai pu voir que lorsqu'il a été tiré.
Dommage, j'espère que ça se passera encore mieux le ou les prochaines fois.

(1) à propos de "temps libre", je suis en vacances et je viens d'écrire cet article entre deux paquets de copies... j'ai déjà passé une quinzaine d'heures en correction et j'en suis à la moitié de mes paquets. Je vais aussi avoir un peu de cours à préparer et à la rentrée, mes TS (47 élèves) passeront un bac blanc... vous avez dit "temps libre" ? et bien, je veux bien vous envoyer les bacs blancs...

6 déc. 2015

Monter un objectif Nikon sur un Sony NEX (monture Sony E)

Sortie en 2011, la gamme Sony NEX (poursuivie par les "Alpha") a inauguré une nouvelle forme de boîtier numérique, les "hybrides" aussi appelés "Compact à Objectifs Interchangeables" (COI cités dans mon livre). Ces appareils, dépourvus de chambre reflex ont une monture, dite "E" à très faible tirage (18 mm) et donc on peut y monter tout ce que l'on veut tout en gardant la mise au point sur l'infini. Il suffit juste de trouver la bonne bague, avec le bon tirage.
Le problème principal est tout de même de conserver le contrôle du diaphragme (par contre, pour la mesure de lumière, pas de souci, les boîtiers sont TTL même sans puce dans l'objectif).
Vous avez vu dans d'autres billets que les fabricants d'appareils photo ont adopté des stratégies différentes en matière de contrôle d'ouverture de diaphragme.
Chez Canon, depuis la monture EF, le diaphragme est electromagnétique. Il n'y a pas de bague de diaphragme sur l'objectif ni de mécanique entre le boîtier et l'objectif. Il faut préserver certains contacts électriques (lien). Sans ces contacts, le diaphragme restera désespérément ouvert à fond. Il existe des bagues Canon -> Sony E qui permettent de fermer malgré tout le diaphragme... nous aurons l'occasion d'en reparler dans un prochain billet.
Le sujet du jour est donc "objectifs Nikon (monture F) sur hybride Sony (monture E)". Depuis le Nikon F, le constructeur a tenu à conserver la même monture et il l'a fait évoluer par petites touches. Pré Ai -> Ai -> AiS -> AFD -> AF-S... G... puis "E" (enfin, un diaphragme electromagnétique à la Canon).
Avec les AI(S) et AFD, il y a encore la bague de diaphragme. Quand vous tournez la bague, selon le sens (lol), vous ouvrez ou fermez le diaphragme. Comme l'objectif est déconnecté du boîtier prévu, vous serez à diaphragme réel, mais c'est tout à fait utilisable. Les adaptateurs peuvent être simplement mécaniques. Ce sont les moins chers.

bague13.png

Dans le genre, on trouve aussi des adaptateurs qui permettent de basculer l'objectif... excellent pour des cadrages avec une profondeur de champ augmentée.

bague15.png

Si vous avez un objectif Nikon de type "G" alors il n'y aura plus de bague de diaphragme. Les chinois d'ebay, très astucieux, proposent une solution que je trouve élégante.

bague11.png

bague12.png

Ne me demandez pas quelle est la mieux... je n'ai pas les moyens de tout acheter, tout tester et de me retrouver avec des tonnes de matos redondant. Pouvoir contrôler le diaphragme mécaniquement pour des objectifs G, c'est cool.

Dans les autres références que l'on peut trouver, il y a les "(speed)-booster"...

bague10.png

... qui permettent de rétablir la focale initiale alors que votre NEX a un capteur au format APSc (un 24 mm reste un 24 mm alors qu'en APSc, il y a un crop de 1,5x). De plus, ça augmenterait l'ouverture d'un diaphragme (ce qui semble logique)... mais comme ça se fait avec l'ajout d'un système optique, j'ai quelques doutes sur la qualité de l'image obtenue au final.
Ces adaptateurs restent assez chers (trop pour faire de simples essais) et ils ne me semblent pas assez onéreux pour embarquer des lentilles et des formules optiques de qualité.
Que dire alors de LA référence en matière d'adaptateurs pour hybrides, à savoir ce qui est proposé par le fabricant Metabones.
On reste dans du contrôle mécanique du diaphragme... pour 480 dollars (et sur ebay, on trouve le truc encore pour plus cher)

Depuis quelques mois, Nikon propose une évolution ultime de sa monture avec la mention "E" après l'annonce de l'ouverture maximale de l'objectif. Par exemple, le AF-S DX NIKKOR 16-80mm f/2.8-4E ED VR. Ce "E" signifie que cet objectif a un diaphragme électromagnétique et donc qu'une mécanique n'est plus nécessaire pour ouvrir/fermer le diaphragme (c'est le boîtier qui s'en chargeait). Je n'ai pas encore eu l'occasion d'avoir ce genre d'objectif dans les pattes et j'aurais bien voulu voir comment ça se présentait au niveau du cucul.
Si j'en juge par cette photo (e-infinity)

16316.jpg

Il semblerait qu'il n'y ait plus la tringle de commande du diaphragme (bien pratique quand on inverse les objectifs et donc pour le moment, il n'y aura pas de possibilité de contrôler le diaphragme avec toutes les bagues présentées ci-dessus.
Il faudra attendre que Metabones (puis les cloneurs chinois) insère une puce dans l'adaptateur, en faisant ce qu'ils proposent pour les adaptateurs Canon EF -> Sony E.
Accessoirement, pour ceux qui voudront inverser leurs zooms UGA Nikon "E" alors il faudra avoir recours à ce genre de bricolage. Peut-être qu'un jour Meike proposera une solution toute faite (à défaut du très onéreux Novoflex).

Il est tout de même étonnant que beaucoup de mes billets techno tournent autour du même sujet. J'ai un peu l'impression d'être dans une boucle sans fin, mais ça n'est pas déplaisant.
Vous noterez au passage que tout ce que je viens de dire pourrait aussi s'appliquer à des adaptations d'objectifs Nikon sur hybride micro 4/3 (MFT - Olympus et Panasonic).
Il reste à faire des billets sur les adaptations de toutes sortes d'objectifs sur tous les hybrides (on rajoute Fuji, Canon M, Pentax, Samsung...).
Mouais... je ne suis pas adepte des catalogues.

- page 1 de 10

Aucune lecture